24h de St Fons, je me suis pris pour le patron….

Bonjour fidèle lecteur et bienvenu futur fidèle lecteur

(Pour info on ne prononce pas le ‘S’ de St Fons)

Pour ce qui est prépa, je te laisse lire mon dernier article….Je vais pas radoter, il y a des fidèles lecteurs qui savent déjà tout.

Ce samedi 26 mars, je me lance donc sur ce 24h avec la ferme intention d’atteindre les 160km. Je me sens bien, je me sens en forme…bref y a plus qu’à.

La journée commence par un petit déjeuner offert aux coureurs, ce qui est plutôt appréciable (surtout que c’était plutôt mal….chocolat chaud, quatre quart, tartines grillées…)

Ensuite il faut trouver une place dans le gymnase pour déposer ses affaires. Quand tu fais un 24h tu debarques assez chargé. Pour ma part j’emmène très peu de ravito mais énormément de fringues, pour pouvoir me changer pleins de fois en fonction des conditions météo, fatigue, irritations…ou tout autres choses qui pourrait être un prétexte pour faire une pause.

Ensuite on se regroupe sur la ligne de départ. Le speaker fait quelques annonces. Tant de participation pour untel, première participation pour untel….sans citer tout le monde, mais en passant pas mal de runner en revue, ça donne une petite proximité entre les coureurs, c’est agréable.

A 10h, le départ est donné. Les premiers tours servent à se familiariser avec le parcours. Il a l’air top. Pas de difficulté majeure, juste un virage en épingle. Plusieurs endroits où on croise les autres runners.
Les premiers tours permettent également de jauger les forces en présence, voir qui fait le 6h et qui fait le 24h (oui parce que le 6h partait en même temps que le 24h).

Je pars tranquille sans forcer. La route est encore longue, et sans montre ni cardio je ne dois pas me brusquer pour éviter de craquer trop tôt.

Les tours s’enchaînent et les degrés montent. Je suis sur ma stratégie de courir 2h et marcher 1 tour (donc 1km…Je rappelle qu’on tourne en rond sur une boucle de 1001m)

Au bout de 2h30 de course, le rythme général baisse un peu, et moi, parti tranquille je suis bien. Je me rends compte que je grapille des places au classement sans avoir l’impression de forcer..Je chatouille même le top 10…
Et voilà ma première (et fatale) erreur. A chaque tour je me mets à regarder le classement et non mon temps de passage.

Je sens bien que je vais vite mais pris dans l’euphorie du classement, je me sens extrêmement bien et je ne ralentis pas….
Si bien qu’au bout de 6h de course, je suis 3e au général avec 62km au compteur. Beaucoup trop rapide pour moi. Par contre je me sens super bien.
En discutant par sms avec Damien, je me rends compte de mon erreur. Je me force à ralentir mais ce n’est pas facile…

Je ne sais plus exactement à quelle heure mais je reçois dans l’après midi la visite de Coraline. Ça me fait très plaisir de partager un moment (un tour en marchant). Ce fut bref mais intense ..ahaha ce qui s’est passé à St Fons reste à St Fons….. 🙂

J’atteins les 9h de course avec 83km. J’ai chaud mais je me sens toujours bien. J’ai essayé de bien varier entre le sucré et le salé et d’équilibrer au maximum les quantités. Et je m’éponge de temps en temps mais pas en abondance, j’ai peur de créer des irritations.
Bref, je suis bien, j’ai l’impression d’être lucide et je me prends à rêver sur l’issue finale de la course (oui déjà)

Au passage des 10h, je fais ma pause…impossible de repartir…fatigué, les jambes lourdes. Je me pose un peu, me change, mange, passe un peu le temps….et repars en marchant péniblement…ça y est je paie mon euphorie. Mais je commence à connaître un peu la longue distance…Je sais que ça va revenir….
Et quelques 45min plus tard, ça revient, je peux me remettre à trotinner ce n’est plus aussi fluide et aérien qu’au début (oui j’ai le droit de croire que j’ai une foulée fluide et aérienne 🙂 ) mais j’avance. J’alterne beaucoup plus course et marche… Je passe finalement les 100km en 12h pile…exactement au moment où les 12h vont prendre le départ…du coup je leur demande une petite ovation…ça fait toujours plaisir

Un tour plus tard, nouveau coup d’arrêt. Cette fois je suis pris par le sommeil. N’avoir dormi que 4h dans la voiture n’était pas une bonne idée …deuxième erreur… En vrai, c’était ma première erreur mais comme elle arrive en 2e dans mon récit, c’est ma deuxième erreur.

Je dors 1h. Je me change. M’habille chaudement. Je fais un tour en marchant péniblement. Je m’arrête pour manger et boire et je repars en marchant. Au bout de 2-3 tours, j’ai chaud; c’est bon signe. Je me découvre un peu. J’ai envie de courir. Et c’est reparti.

Jusqu’à 3h30 du matin je coupe chaque tour en marchant une partir puis en courant le reste.
Puis nouveau coup de fatigue.
Je dors à nouveau 40min….
Quand je me réveille je ne sais pas si on a déjà changé d’heure…mais je me souviens de cette pluie intense qui frappe la taule du gymnase…et quand j’ouvre la porte pour voir dehors, c’est le déluge.

Je me force à avancer. J’alterne course et marche mais j’ai quand même l’impression d’avancer.

Quand le jour se lève je maintiens ce rythme et cette stratégie.
De toute façon je n’ai plus la force de courir plus et si je m’arrête pour faire des vraies pauses je me refroidis et n’arrive pas à repartir.
Arrivé enfin la dernière heure de course…j’attends cette petite euphorie qui va me faire repartir…mais elle ne vient pas….
Enfin pas tout de suite; elle se pointe à 35min de la fin. Du coup je cours, je double des gens, je vois que je reprends même 1 ou 2 places au classement..ce qui ne sert plus à rien mais toujours un peu plaisir quand même.
Ça y est la sonnerie retenti. C’est fini. Je pose le dossard et reste un peu sur un banc avant de regagner le gymnase.

En retournant au gymnase je ressens déjà un mélange de déception et de satisfaction.

Je reçois très vite la visite de Marvin et Olivia. Ça fait du bien. Ils ont raté ma fin de course tonitruante (j’en rajoute un peu là) mais ils sont quand-même là, c’est tout ce qui compte.

Je boucle finalement ce 24h avec 146,3 km. Et 18e au classement. Je suis même 3e senior mais seul le 1e de chaque catégorie était récompensé ..donc pas de photo sur le podium pour moi 😦

La déception, c’est ma gestion de la course…Je me suis vu sur le podium alors que la course ne faisait que commencer. Courir par rapport à moi, uniquement à moi et non par rapport aux autres (je me suis vu trop beau), ç’est un axe que je vais devoir travailler.

Petite déception par rapport à la logistique. Dormir dans la voiture n’était pas une brillante idée. Déjà le sommeil n’était pas bon, mais en plus il a été court. Quand je repense à l’Ultramarin, j’avais couru 39h en ne dormant qu’une heure….là je me suis effondré au bout de 12h.

Pour les points positifs. La prépa. Je suis arrivé en pleine forme. Si je n’avais pas gâché en courant à ce rythme…bien sûr on ne peut pas savoir. Mais 100km en 12h….C’est quand même 1h47 de mieux que ce j’ai déjà fait….

Autre point positif, mon organisation pendant la course. Pas d’ampoules, pas d’irritations, et toujours des fringues sèches et propres à chaque fois que j’ai voulu me changer.

Un grand merci à tous ceux qui m’ont encouragé via les réseaux, j’y suis de moins en moins par faute de temps et j’ai été agréablement surpris d’être autant suivi.
Un grand merci également à Damien, très présent par sms.
Un grand merci et également à EniLaroc, Captain et Olivia d’être passé. Moi qui déteste venir en spectateur sur une course, j’apprécie encore plus le geste.

Bon bah Rdv l’année prochaine, peut être au 24h de Brive, pour battre cette marque.
Et sinon prochaine course fin juin, à Vannes…

A bientôt et bon running

Publicités